ActualitésCONSEIL MUNICIPAL DU 11 JANVIER 2018 : COMMUNIQUÉ DU MAIRE

CONSEIL MUNICIPAL DU 11 JANVIER 2018

Hier soir, jeudi 11 janvier 2018, s’est tenu un conseil municipal marquant pour notre commune.

Les 6 membres de la majorité à qui j’avais retiré les délégations en décembre, ont déposé leur démission, suivis par l’opposition.

Afin de vous fournir différents éléments de compréhension voici mon intervention :

 

 « Lors de la séance du conseil municipal du 20 décembre dernier, nous avons abordé le retrait des délégations à 4 adjoints et 2 conseillers municipaux. Cela a fait l’objet de déclarations et de débats. Vous vous êtes donc exprimés.

Avant de rappeler l’ordre du jour, je vais resituer le contexte dans lequel se tient ce conseil municipal particulier.

En mars 2014, les électrices et les électeurs ont confié la gestion de la commune à la liste majoritaire que je conduisais. J’ai été réélu maire, sur les résultats de mon premier mandat, pour mener à bien le programme choisi par les citoyens ainsi que pour remplir les responsabilités inhérentes à la fonction de premier magistrat.

Comme je l’avais déjà fait lors du mandat précédent, j’ai mis en place un système basé sur le travail d’équipe. Dans ce cadre, j’ai donné une délégation à chacun de mes collègues, sans distinction de hiérarchie, hormis pour le premier adjoint. Ceci est une preuve de confiance en tous et la volonté d’œuvrer ensemble pour le village. Telle est ma conception de l’exercice du pouvoir dans une démocratie dont je porte les valeurs.

En fin d’année dernière, les blocages répétés exercés volontairement par certains de mes coéquipiers m’ont contraint à retirer les délégations que je leur avais accordées.

Cet acte lourd a été pesé.

Il me coûte humainement.

Mais, la réalité est là :

Depuis des mois,

- En déconsidérant l’Administration qu’ils jugent toute puissante et souvent incompétente,

- En se permettant de critiquer leurs collègues présents alors qu’eux-mêmes ne font que des apparitions choisies,

Les élus concernés ont entravé le déploiement de notre projet.

Par leur absence délibérée et non excusée au conseil municipal prévu le 13 décembre 2017, ils ont empêché la séance d’avoir lieu et donc les prises de décision sur 36 points à l’ordre du jour.

Ils ont de ce fait refusé de remplir leur fonction essentielle : siéger au conseil municipal.

En y ajoutant le silence, ils ont montré leur dédain envers leurs collègues, opposition comprise, qui se sont déplacés pour accomplir leur devoir.

Ils ont surtout nuit au bon fonctionnement des affaires de la commune.

C’est inacceptable et cela ne pouvait continuer.

Pourtant, durant des mois, j’ai tenté de préserver l’unité. Je me suis accroché à cette idée que finalement nous voulions la même chose : faire aboutir un projet pour lequel nous avons été élus. J’ai même accepté la mise en place d’une charte avec un fonctionnement où tout devait être validé en bureau municipal, puis exécuté par les agents. J’ai voulu croire que cela pouvait être une solution de rassemblement.

Mais en vérité nous avons très vite été confrontés aux réalités de terrain.

Quoiqu’il en soit, être maire c’est savoir dire « oui » quand cela est justifié pour l’intérêt général et « non » quand cela ne l’est pas. Et, croyez-moi, cela n’est pas toujours évident.

Etre maire, c’est savoir diriger en respectant une ligne conductrice qui est le programme tel qu’un chef d’orchestre sait faire jouer la même partition à l’ensemble des musiciens.

Etre maire, c’est savoir endosser les multiples responsabilités liées à la fonction et cela, tous les jours, en prenant les décisions qui s’imposent, parfois même sans avoir eu l’aval de la majorité comme certains me le reprochent. Mais le quotidien, les besoins des administrés, les situations délicates ne peuvent pas attendre la tenue d’un bureau municipal tous les 15 jours pour agir.

Etre maire c’est faire avancer les projets portés par la majorité lorsque les élus référents sont pris par leur vie professionnelle ou familiale et conduire la commune selon les engagements pris.

Etre maire, c’est également savoir rassembler, être juste et savoir arbitrer avec recul et sagesse.

J’ai prouvé, en temps de crise ou pas, à maintes reprises que j’en fais ma ligne de conduite quotidienne.

Face aux blocages évoqués, je me devais de trancher. Ce n’était pas un choix, c’était un devoir.

Exerçant mes responsabilités, j’ai amorcé un remaniement. Il se déroule en plusieurs étapes.

Après le retrait des délégations, la loi impose au conseil municipal de se prononcer sur le maintien ou non des adjoints dans leurs fonctions. C’est l’objet de notre séance de ce soir.

Toutefois, avant que vous ne votiez, je tiens à vous faire savoir que, comme ma majorité s’est accordée à le penser en réunion interne, nous ne souhaitons pas aller de l’avant sans avoir préalablement tendu la main à ceux d’entre nous qui ont pu faire le choix, à un moment, de suivre un autre chemin.

Je n’oublie pas que nous avons ensemble mené à terme bon nombre de projets.

Je n’oublie pas les principes fondamentaux qui ont autrefois pu nous unir.

Mais au-delà du souvenir, par-delà le respect dû aux amitiés anciennes, se trouve la mission que les Aramonaises et les Aramonais ont déposée entre nos mains. Nous ne pouvons agir que pour l’accomplir, rien d’autre.

C’est pourquoi, je propose que les 4 adjoints concernés retrouvent leur poste de conseillers municipaux avec la possibilité de se voir confier une délégation tout comme les 2 conseillers municipaux déchargés pourront aussi se revoir confier des responsabilités.

Par cette proposition, je les invite à rester fidèles à eux-mêmes, à aller jusqu’au bout de l’engagement pris ensemble en 2014 : porter Aramon jusqu’en 2020 vers un devenir qu’elle mérite.

Par cette ouverture, je réitère que nous devons tous dépasser nos personnes, transcender les clivages pour servir l’intérêt collectif, celui de notre chère commune et de ses habitants.

Les élus actuellement déchargés recevront une invitation individuelle à laquelle ils seront libres de se rendre.

A la suite de nos éventuels entretiens, je convoquerai un nouveau conseil municipal pour acter le nouveau remaniement tel qu’il aura pu aboutir.

L’ensemble du processus étant exposé, nous passons maintenant aux points de l’ordre du jour : le vote sur le maintien ou non dans la fonction d’adjoint pour Mercedes Platon, Nanny Hofland, Jean-François Bardet et Corinne Palomarès.

Il est évident que j’invite les 6 élus concernés par le retrait des délégations, s’ils souhaitent saisir la main tendue, à le manifester par le vote qui va suivre. »

 

La main tendue n’a pas été saisie mais, au contraire, les démissions préparées m’ont été remises, suivies de celles de l’opposition prévues pour ce matin.

Cela va entrainer de nouvelles élections aux dates décidées par le Préfet.

En attendant, les 14 élus de la majorité, à mes côtés, continueront à assurer la gestion de la commune et à assurer le maintien des services publics.